STYLE – PHYSIQUE – TACTIQUE

Le Roller Derby est l’un des derniers sports à avoir intégré la Fédération Française de Roller Sports. En provenance des Etats-Unis, ce sport a rapidement conquis de nombreux pratiquants dans l’hexagone. Très tactique, le Roller Derby allie à la fois vitesse et combat, tout cela dans une ambiance amicale et survoltée.

En quelques chiffres...

Le jeu se déroule sur une piste ovale de 30 m sur 16 m.

Un match se compose de deux mi-temps de 30 minutes. Une mi-temps est découpée en sous-périodes, appelées jams, d’une durée maximale de 2 min ; entre deux jams, s’écoule une période de 30 secondes pendant laquelle les équipes sont autorisées à changer les joueuses envoyées sur le terrain.

 

Au total, une équipe peut compter jusqu’à 14 joueuses sur une feuille de match.

Sur le terrain, 10 joueuses s’affrontent, chaque équipe étant constituée :

  • une jammeuse
  • quatre bloqueuses (dont une «pivot»)

Le principe est simple : les bloqueuses des deux équipes doivent rester groupées en un «pack», roulant à allure modeste autour de la piste. Les jammeuses vont devoir doubler un maximum de fois le pack en effectuant des tours de piste. A chaque fois qu’une jammeuse double une adversaire (en lui prenant un tour) sans faire de fautes, elle fait gagner un point à son équipe. L’équipe avec le plus grand nombre de points au terme des deux mi-temps gagne le match.

Le rôle des bloqueuses est donc d’empêcher la jammeuse adverse de les doubler tout en facilitant le passage à travers le pack de leur propre jammeuse.

Pour cela, les contacts, appelés blocages, sont autorisés mais réglementés :

  • Il est autorisé d’attaquer un adversaire avec toute partie du corps située entre les épaules et les mi-cuisses, à l’exception des coudes, des avant-bras et des mains.
  • Il est interdit de frapper une adversaire en dessous des mi-cuisses, au dessus des épaules et dans le dos.